RDC-France: Roger Lumbala arrêté en France pour les crimes commis entre 2002 et 2003

RDC-France: Roger Lumbala arrêté en France pour les crimes commis entre 2002 et 2003
Listen to this article

Cité dans le rapport mapping pour avoir mené des exactions entre 2002 et 2003, Roger Lumbala a été arrêté à Paris, capitale de la France. Il est mis en examen par le parquet national antiterroriste (France) pour complicité des crimes contre l’humanité et de participation à un groupement formé en vue de la préparation des crimes contre l’humanité. Il a été placé en détention provisoire.

Dans le communiqué publié le 04 janvier 2021, le parquet national antiterroriste a décidé d’ouvrir une information judiciaire contre l’ancien chef de guerre qui a dirigé un groupe armé, le Rassemblement congolais pour la démocratie-National (RCD-N).

« Une information judiciaire a été ouverte samedi 2 janvier 2021 contre Tshitenge Roger Lumbala, à l’issue d’une enquête préliminaire ouverte en décembre 2016 sous l’égide du pôle Crimes contre l’humanité, crimes et délits de guerre du Parquet national antiterroriste (PNAT) et diligentée par l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, crimes et délits de guerre (OCLCH). », peut-on lire dans le communiqué.

« L’intéressé a été mis en examen par le magistrat instructeur des chefs de complicité de crimes contre l’humanité et de participation à un groupement formé en vue de la préparation des crimes contre l’humanité », indique le communiqué.
Le rapport mapping qui met en cause plusieurs personnalités politiques Congolaises a permis de documenter les crimes commis entre juillet 2002 et janvier 2003 en RDC (Province Orientale).
Selon ce rapport, Roger Lumbala est accusé d’avoir commis les crimes dans le contexte de la guerre civile ayant ensanglanté la RDC entre 1998 et 2003.

Pour le parquet national antiterroriste, « Il s’agit de la première mise en examen prononcée dans le cadre d’une procédure judiciaire ouverte sur la base du rapport Mapping de l’organisation des Nations-Unies concernant les violations les plus graves des droits de l’homme et du Droit International humanitaire entre Mars 1993 et Juin 2003 sur le territoire de la République Démocratique du Congo ».

Rédaction

Rédaction

Coulisses.net, la géante machine de l’actualité RD Congolaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.