Kasaï oriental : 306 mille 694 tonnes de maïs, besoin de la population Kasaïenne ( Gouverneur Maweja)

La population du Kasaï oriental a un grand besoin en produit de première nécessité. C’est ce qu’a fait savoir le gouverneur de province Jean Maweja Muteba ce Samedi 12 septembre à l’occasion du lancement officiel de la campagne agricole 2020-2021 dans le secteur des Nsangu, territoire de Katanda.

Estimée à 3 millions 986 mille 464, la population de la province du Kasaï oriental selon les cadres, experts, représentants de la société civile ainsi que les partenaires techniques et financiers cités par le gouverneur, a besoin de:

 » – Maïs : 306.694,166 tonnes pour une superficie de 832.586,657 hectares,

  • Manioc : 217.756,789 tonnes pour une superficie de 34.918,93 hectares,
  • Arachides : 125.844,712 tonnes pour une superficie de 396.353,93 hectares,
  • Nyebe: 180.850,454 tonnes pour une superficie de 669.484,549 hectares », a précisé le gouverneur de province qui donne les statistiques établies par les experts au cours de l’atelier d’élaboration du plan stratégique d’interventions dans l’agriculture.

Le défi à relever étant grand, Jean Maweja a démontré la nécessité de l’implication de toutes les parties prenantes, partant des décideurs, de la population, des chefs des terres et traditionnels, des organisations de la société civile, de l’administration publique, des partenaires techniques et financiers nationaux et internationaux, dans le respect des principes et lois du pays.

Maweja Muteba a dit focaliser son attention sur « l’encadrement des producteurs des produits agricoles, animales, halieutiques par un renforcement des capacités des agents de l’agriculture, pêche et élevage et développement rural ; l’entretien et la réhabilitation des routes de desserte agricole afin de désenclaver nos bassins de production ; l’amélioration des conditions des travaux champêtres, la production et l’utilisation des semences améliorées ; la redynamisation de la mécanisation agricole ainsi que, la collaboration franche avec nos partenaires techniques et financiers qui nous accompagnent ».

A cette occasion, l’inspecteur provincial de l’agriculture Ntombolo Kayembe, a donné des explications techniques. Il a rappelé les instructions relatives à l’itinérance des autorités. « Vingt jours de brousses par mois pendant la période de grands travaux agricoles, pour les administrateurs de territoires dont dix jours pour les titulaires et dix pour leurs assistants, vingt jours de brousses par mois pour les chefs de secteurs, vingt jours de brousses par mois pour les inspecteurs agricoles de territoires, vingt-deux jours de brousses par mois pour les agronomes de secteurs et tous les jours ouvrables pour les moniteurs agricoles, sans oublier la lutte du premier ennemi du sol qui n’est autre que les feux de brousses ».

Ce dernier a rassuré que la province du Kasaï oriental est capable de faire face aux besoins alimentaires des habitants et de produire annuellement un excédent considérable. Pour y arriver a-t-il dit, le concours constant des cadres territoriaux à tous les niveaux s’avère nécessaire. Ces derniers doivent faire la visite des champs et ne pas abandonner cette activité seulement aux moniteurs agricoles.

Marc Valentin Kalcind

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Résoudre : *
26 − 21 =