Kasaï oriental : Vers le desengorgement progressif de la prison centrale de Mbujimayi

Kasaï oriental : Vers le desengorgement progressif de la prison centrale de Mbujimayi
Listen to this article

Plus d’une centaine des détenus dont une vingtaine d’enfants ayant purgé la durée de peine en détention ont été libérés de la prison centrale de Mbujimayi grâce à la régularisation de leurs dossiers par les différentes juridictions. Selon le Directeur de la maison carcérale, cette mise en liberté effectuée de manière quotidienne est rendue possible grâce à la collaboration entre la prison et le ministère public qui transmet les dossiers sur demande de la prison, pour s’assurer de la régularité et de la légalité de détention de chaque prisonnier.

Joseph Ntumba Muya précise que le contrôle administratif et physique entamé depuis sa prise de fonction lui a permis de connaître la situation de chaque détenu. Après les militaires et les enfants, le contrôle concerne les civils. L’objectif, indique-t-il est de réduire l’effectif des prisonniers dont le nombre actuel est estimé à environ 550 détenus contre 650 à son arrivée alors que la capacité d’accueil est de 150 pour une prison aux infrastructures qui datent des années coloniales.

Un desengorgement progressif contrarié par l’entrée des nouveaux détenus chaque jour qui passe. Le Directeur du centre pénitentiaire lance donc un appel pathétique à toute la population particulièrement aux hommes de bonne volonté de venir en aide aux détenus qui vivent dans des conditions déplorables.

La prison centrale de Mbujimayi est confrontée à plusieurs défis de fonctionnement. Il s’agit entre autres de la réhabilitation du mur de séparation entre le pavillon des mineurs et la cour des adultes. Les deux catégories vivent ensemble depuis 2018 après la destruction de ce mur à la suite de l’évasion de quelques détenus. Le Directeur de prison craint que ces enfants soient exposés à des conséquences prohibées par la loi portant protection de l’enfant.

Aussi, insiste-t-il sur la delocalisation de la prison dans un site lointain de la ville favorable à l’épanouissement des détenus qui peuvent être soumis à certains métiers pour leur formation professionnelle ou à l’agriculture pour l’autosuffisance alimentaire de la prison.

Sabin Misakabu

Rédaction

Rédaction

Coulisses.net, la géante machine de l’actualité RD Congolaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.