#PortraitFemme: Lieutenant Christiane Mputu, femme à parcours séduisant

#PortraitFemme: Lieutenant Christiane Mputu, femme à parcours séduisant
Listen to this article

Elle s’appelle Christiane Mputu Mutshipayi, trentaine révolue. Elle est l’une des vedettes de la journée internationale de la femme célébrée ce lundi 08 mars au site PMKO dans l’enceinte du centre multifonctionnel genre dans la commune de Bipemba, à Mbujimayi.

Lieutenant de son état, c’est bien elle qui a assuré le commandement du bataillon d’honneur à l’occasion de cette journée. Avec dextérité, lieutenant Christiane Mputu Mutshipayi a accompli sa tâche à la satisfaction du public, en accueillant successivement le commissaire divisionnaire adjoint de la police nationale congolaise PNC-Kasaï Roger Vola Singa, le commandant 21 ème région militaire Marcel Bangu Mashita et le gouverneur de province Jean Maweja Muteba. Elle nous a offert une interview exclusive.

Comment vous vous êtes retrouvée dans l’armée ?

Elle dit que c’est son rêve d’enfance, qu’elle a su concrétiser en 2012 contre la volonté de son père. Elle a été séduite par le port vestimentaire des militaires et depuis, elle a eu le goût de servir sous le drapeau.

« C’est mon ambition depuis l’enfance. J’aimais bien l’armée. Quand je voyais comment les gens s’habillaient, ça me faisait du bien. Et par rapport à mon père, il ne voulait pas que je soit militaire. Mais par rapport à la destinée, moi je rêvais être un jour militaire et servir sous le drapeau. C’est pourquoi quand le temps est arrivé, je suis passée par le concours, le recrutement comme tout candidat élève et officier en l’an 2012. Par après, j’ai réussi. Je suis passée par l’académie. Après l’académie je suis sortie officier. J’ai fait trois ans de la formation de la session ordinaire académie militaire de Kananga, qui est le passage obligé pour tout officier de l’armée congolaise« , a-t-elle relaté.

Lieutenant Christiane Mputu lors de la ronde du bâtiment du CMFG le 08/mars|photo Marc Valentin

Aujourd’hui chef de bureau adjoint chargée des renseignements à la 21 ème région militaire, Lieutenant Christiane Mputu Mutshipayi est l’unique officier dame sur cent, de la deuxième promotion de la réforme qui est la 27 ème force ordinaire à Kananga. Elle a fini sa formation avec mention distinction et s’est ensuite spécialisée dans beaucoup de domaines.

« Quand j’ai fini, je suis allée faire des spécialités. Et des spécialités en spécialités, je ne suis pas ne fut-ce que lieutenant ressortissante de l’académie non plus, j’ai fait les relations internationales. J’ai fait les renseignements militaires. J’ai des brevets en sécurité militaire. J’ai des brevets en tant qu’inspecteur judiciaire, il y en a assez. Je ne peux pas me limiter par rapport à ce que je suis aujourd’hui, je suis en train d’émerger du jour au jour pour un Congo futur et un Congo fort », a-t-elle renchéri.

Lieutenant Christiane Mputu Mutshipayi rêve grand dans la carrière militaire. Elle entend être revêtue un jour des galons de chef d’état-major des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC).

« L’avenir appartient à Dieu. Mais par rapport à ce que je suis en train de faire comme carrière militaire, je ne peux pas définir ce que je peux être, mais je veux être au sommet de l’armée en tant que commandant, puisque nous sommes en train de désirer à être au même pied d’égalité avec les hommes. Quant à moi, j’accepterai que je sois un jour, chef d’état-major de cette armée« , a-t-elle projeté.

Cet officier de la 21 ème région militaire note que la présence des militaires femmes de la 21 ème région militaire à la célébration de la journée internationale « est une manière de sensibiliser les femmes civiles et jeunes gens, à la longue, de devenir aussi comme nous. Puisque nous devons préparer nos remplaçants(…) Ma meilleure façon de sensibiliser les femmes d’adhérer aussi dans l’armée qui est parmi les métiers spécifiques, cadrés et disciplinés surtout. Elles ne doivent pas seulement nous envier dehors, mais intégrer, savoir qu’est-ce que l’armée. Et quand on est dans l’armée, on n’est pas seulement des sous-hommes ou les moindres femmes non plus, mais nous sommes des femmes au même niveau que les hommes, puisque il y a des femmes qui exercent les fonctions de commandement au même pied d’égalité avec les hommes ».

Marc Valentin Kalcind

Rédaction

Rédaction

Coulisses.net, la géante machine de l’actualité RD Congolaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.