Kasaï oriental : Trois hauts cadres de l’enseignement suspendus pour détournement de 253.738.000Fc

Trois cadres de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel EPSP, sont suspendus par mesure préventive par le gouvernement Jean Maweja Muteba, pour détournement de denier public. Dans un arrêté datant du 30 juillet et rendu public le 02 Août, le gouvernement provincial a suspendu l’inspecteur principal provincial IPP, le directeur provincial de l’EPSP et le comptable de l’inspection provinciale de l’EPSP. Ils sont accusés de détournement d’argent versé par les élèves pour la participation à la dissertation à l’épreuve d’État 2018-2019, dont le montant s’élève à 253.738.000Fc.

C’est le comptable François Tshiamala Kabamba qui, au regard de l’arrêté signé par la vice-gouverneur Jeanette Longa, a détourné ladite somme, au préjudice des parents d’élèves, de la province du Kasaï oriental et de l’État congolais. Soumis aux poursuites judiciaires et à une action disciplinaire, l’homme va être remplacé à ce poste par Betty Ciela Kabamba, intendante à l’inspection provinciale de l’EPSP, qui assurera l’intérim.

L’inspecteur principal provincial Paul Banza et le directeur provincial de l’EPSP Denis Shanga Kapinga Oshanga sont suspendus préventivement pour complicité de détournement. Ils ont permis délibérément au comptable de l’inspection de conserver dans son bureau sans aucune précaution de sécurité, de rigueur en semblable cas , un montant de deux cent cinquante-trois millions sept cent trente-huit mille francs congolais, frais de dissertation.

Si l’intérim de l’inspecteur principal provincial est assuré par Joseph Lumbala Mbikayi, son adjoint en charge des ressources humaines de l’EPSP, celui du directeur provincial de l’EPSP est plutôt assuré par Albert Kasanda Kasanda, chef des services généraux de l’EPSP.

Cet arrêté est contresigné par le ministre de l’éducation, Denis Kalombo Ilunga, une mesure de suspension a été prise en même temps que celle de la santé. Le gouvernement Maweja vient là d’ouvrir une liste noire dans laquelle est mis tout celui qui s’est compromis dans l’exercice de ses fonctions.

Notons que c’est la première fois depuis son installation que le gouvernement provincial inflige des sanctions sévères aux agents de l’État.

Coulisses.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Résoudre : *
1 × 2 =