Kasaï oriental : La résurgence du choléra , 8 zones de santé touchées

L’épidémie de choléra a resurgi, il y a quelques jours, dans la ville de Mbujimayi. Après des mois sans aucun cas signalé, il a fallu attendre les récentes pluies pour voir plusieurs de santé notifier de nouvelles infections.

La semaine dernière, 70 nouveaux cas de choléra ont été enregistrés dans la zone de santé de la Muya. Cette situation intervient à la 38 ème semaine.

Selon Docteur Nsumba, médecin épidémiologiste et chargé des maladies infectieuses à la Division provinciale de la santé, cette résurgence de l’épidémie du choléra est liée à plusieurs raisons notamment l’impureté de l’eau, l’insalubrité. Et même aussi parce que la population consomme l’eau de rivière et l’eau de pluie non purifiée ou non bouillie.

Huit zones de santé touchées

A ce jour, huit zones de santé rapportent les cas de choléra. Beaucoup de cas proviennent des péripheries de Mbujimayi. Les zones de santé les plus touchées sont Muya, lukelenge, Diulu.

Pour Docteur Nsumba, le manque d’hygiène est un facteur majeur dans la résurgence de cette épidémie.

 » Car il y a des ménages qui n’ont pas ou ne disposent pas de bonnes installations hygiéniques. A cela s’ajoute l’abandon de matières fécales sur lequelles sillonnent les mouches et se reposent sur les aliments que certains consomment par la suite », explique le docteur.

Il assure que le bulletin épidémiologique est croissant, selon les zones de santé.  » A la zone de santé de Muya par exemple l’on dénombre 31 cas, Diulu 21 cas et lukelenge 8 cas et Bonzola 4 cas », fait savoir Dr Nsumbu.

Des décès enregistrés

D’après Dr Jean-Pierre Nsumbu, six décès ont été enregistrés la semaine dernière sur la 36e semaine.

A l’en croire, la prise en charge des malades du choléra s’effectue à la zone de santé de la Muya.

Dr Jean-Pierre Nsumbu a signifié que l’équipe de riposte fait face à l’insuffisance de centres de traitement de prise en charge de malades.

 » Les intrants sont suffisants dans les zones de santé. Mais, il nous faut multiplier les solutés pour la prise en charge. Car les cas augmentent du jour le jour », affirme-t-il.

Prise en charge des malades

Selon ce médecin épidémiologiste, le personnel soignant est motivé pour qu’il puisse bien prendre en charge les malades. Il indique que la question a été au centre d’une réunion dans les groupes de travail en vue prendre en charge les malades.  » Et nous avons trouvé les solutions quant à ce », précise-t-il.

 » Pour mettre fin à cette épidémie, explique Dr NSumba, nous intervenons au niveau de zones de santé, étant donné que nous bénéficions de l’appui des organisations extérieures, telles que Médecins sans frontières, les ONG »
La Division provinciale de la santé et ses organisations partenaires appliquent un plan pour éradiquer l’épidémie dans la province.

Mariam Kabedi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Résoudre : *
23 + 4 =