Kasaï oriental : Conflit des limites avec le Kasaï central, Lazare Tshipinda annonce une bipartite

Le conflit des limites qui oppose le Kasaï oriental au Kasaï central n’a pas laissé indifférent le gouvernement provincial du Kasaï de l’Est. En vue de le régler, le gouverneur ad-interim et ministre provincial de l’intérieur et sécurité, coopération interprovinciale Lazare Tshipinda Kasonga Shambuyi annonce une bipartite avec les autorités de la province sœur.

« Nous avons mis au pas l’administrateur du territoire( de Kabeya Kamwanga) et nous lui avons donné le quitus d’aller rencontrer son collègue de Dibaya au Kasaï central pour pouvoir atténuer, en attendant que nous organisions également, expressément dans le cadre de coopération interprovinciale, une bipartite qui réunira le Kasaï central avec le Kasaï oriental à ce sujet », a indiqué Lazare Tshipinda à coulisses.net.

L’autorité provinciale intérimaire précise que ce conflit préoccupe au plus haut point le gouvernement provincial du Kasaï oriental, dans la mesure où plusieurs poches des conflits sont enregistrées dans ce territoire.

« Cette question de conflit au niveau de Kasaï oriental avec le Kasaï central nous pose vraiment des problèmes parce que de ce côté-là, il y a plusieurs conflits qui commencent au territoire de Lupatapata et qui vont jusqu’à Kabeya Kamwanga. À Kabeya Kamwanga on peut comme ça décrire trois, quatre poches. Nous avons déjà pensé à cela en passant par Lac Munkamba », a-t-il ajouté.

L’autre conflit qui met en mal le Kasaï oriental, c’est celui qui l’oppose à la Lomami au niveau de Bena Mpunga. A ce sujet, le gouverneur ad-interim a dit la détermination du gouvernement provincial à reprendre les discussions au cours d’une autre bipartite, en vue de mettre fin à cette situation qui a fait des victimes.

« L’ampleur de conflit des limites entre le Kasaï oriental et la Lomami est moindre, ici la tâche peut être facile d’autant plus que c’est l’un de nos anciens compartiments qui constituait le district. Donc, nous nous connaissons et connaissons le peuple. C’est comme ça que, nous ne pouvons pas dire totalement que nous avons la tâche facile. Mais, la co-pénétration est plus facile et le règlement l’est également(…) Il faudra absolument qu’on reprenne avec une véritable bipartite », a-t-il soutenu.

Pour ce qui est des conflits intercommunautaires dans le territoire de Katanda, le ministre provincial de l’intérieur et sécurité estime que le pari est gagné mais la paix qui règne pour le moment dans cette partie de la province, nécessite encore une vigilance et un encadrement.

« La paix à Katanda, je crois que vous la sentez. Mais elle est à observer. Elle est à guetter. Elle est à surveiller à tout moment, parce que vous connaissez le caractère cyclique de ce conflit. Mais jusque-là, nous avons réussi le pari », a-t-il avoué.

Marc Valentin Kalcind

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Résoudre : *
4 × 13 =