Kasaï oriental: Lazare Tshipinda entend envoyer les auteurs de l’insécurité à Kanyiama kasese

L’insécurité urbaine a repris du chemin à l’approche de festivités de fin d’année. Des coups de balles sont entendus la nuit dans plusieurs quartiers de la ville de Mbujimayi où les bandits tentent d’opérer. Des cris des populations « Kanu ladi » qui veut dire « ne dormez pas », sur les voleurs dans des heures tardives de la nuit commencent à gagner aussi du terrain. Le gouverneur de province ad-interim et ministre de l’intérieur et sécurité Lazare Tshipinda est conscient de cette situation. Il indique toutefois que des mesures drastiques sont déjà prises pour décourager les auteurs de ces actes.

« C’est une expérience et c’est toujours comme ça, chaque fois qu’on s’approche de fêtes de fin d’année, les uns et autres se préparent pour ces fêtes-là et il y a une certaine ambiance d’ordre social qui se crée et qui amène aussi ces genres de forfaitures à se commettre. Nous aussi au niveau de la sécurité, nous avons déjà mis nos services à contribution pour un peu plus de vigilance avec des consignes spéciales, pour décourager ces malfaiteurs qui commencent à se multiplier à l’approche de fêtes de fin d’année. Nous ne pouvons pas dire que nous allons totalement juguler mais nous allons vraiment le plus possible, essayer de décourager cela avec des mesures très draconiennes que nous allons prendre », a-t-il déclaré à coulisses.net.

Lazare Tshipinda a indiqué que certains auteurs de ces actes ont déjà été appréhendés et présentés à la presse la semaine dernière. « Nous allons d’abord épingler ces gens, les identifier parce que nous les connaissons déjà. Nous allons continuer avec ce travail pour décourager ces malfrats », a-t-il martelé.

Plaidoyer pour envoyer les bandits arrêtés à Kanyiama kasese

Le gouverneur ad-interim et responsable de la sécurité dans la province du Kasaï oriental met en garde les bandits qui continuent leur sale besogne en cette période de fin d’année. Tshipinda Kasongo soutient qu’en cas d’augmentation des cas, il va faire le plaidoyer au niveau du gouvernement central pour que les malfaiteurs arrêtés soient envoyés à Kanyiama kasese à l’instar des Kulunas de Kinshasa.

« À l’égard des malfaiteurs eux-mêmes, je crois qu’ils sont entrain de voir ce qui se passe. On a déjà donné le ton à Kinshasa avec les Kulunas. Nous allons faire un plaidoyer dans le sens que ce qui a commencé à Kinshasa puisse continuer également au niveau des provinces. Et si nous trouvons que, la tendance, la fréquence est allée vers le haut, nous serons bien obligés de pouvoir expressément demander pour que ces éléments puissent aller également à Kanyiama kasese comme ceux de Kinshasa », a-t-il promis.

Pour le patron de l’intérieur au Kasaï oriental faisant l’intérim du gouverneur, la sécurité urbaine est aussi capitale et certaines poches comme des conflits intercommunautaires et des pouvoirs coutumiers ne doivent pas distraire les services de sécurité et le gouvernement provincial qui tentent de les régler. D’où son appel à la vigilance à tous les services de sécurité.

Silence coupable de la population

Lazare Tshipinda a condamné la population qui contribue au vol dans la mesure où elle ne dénonce pas les bandits qui vivent avec elle. « C’est l’occasion pour nous de dénoncer le silence dont fait montre cette même population alors qu’elle vit avec ces malfaiteurs. On peut les dénoncer et nous avons mis un certain nombre de moyens, pour signaler ce genre des malfrats qui circulent, qui vivent avec nous. Donc la population à ce niveau-là, avec son silence va contribuer à ce que, ces forfaitures continuent à se commettre », a-t-il fait savoir tout en demandant aux uns et autres de « faire confiance » aux services de sécurité, enfin de mettre fin à la recrudescence de l’insécurité urbaine qui bat record ces derniers temps.

Marc Valentin Kalcind

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Résoudre : *
24 × 12 =