Kasaï oriental : L’UNFPA a organisé la journée internationale des sages femmes

Kasaï oriental : L’UNFPA a organisé la journée internationale des sages femmes

Le fonds des nations unies pour la population (UNFPA) a organisé ce mercredi 05 mai en collaboration avec les sages-femmes du Kasaï oriental, la journée internationale des sages femmes dans la salle Marie Agnès Mpokolo wa Moyo.

Placée sous le thème international “les chiffres parlent d’eux-mêmes :investissez dans les sages-femmes », cette journée a été marquée par une marche des sages-femmes du Kasaï oriental toutes habillées en rose, qui sont parties de la mairie de Mbujimayi sur boulevard Laurent Désiré Kabila pour chuter à la salle où s’est déroulée la manifestation. Cette marche a été organisée pour  » la visibilité, pour que les gens sachent qu’il y a déjà des sages-femmes dans la province« , a fait savoir madame Symphorose, présidente congolaise des sages femmes dans la société congolaise.

À cette occasion, un rapport co-dirigé par l’UNFPA, l’OMS et l’ICM, SoWMy 2021 a été présenté à l’assistance. Il révèle qu’une couverture universelle de soins dispensés par les sages-femmes permettrait d’ici 2035 d’éviter 67 % des décès maternels, 64 % de la mortalité néonatale, 65 % des mortinaissances et sauverait près de 4,3 millions de vies par an. Ce sont ces chiffres qui parlent d’eux-mêmes.

Malheureusement au Kasaï oriental, le nombre de sages-femmes est encore inférieur aux attentes. Raison pour laquelle madame Symphorose a insisté sur l’importance d’augmenter le nombre. Pour elle, « Investir dans les sages-femmes signifie non seulement investir pour augmenter leur nombre, mais également dans leur formation initiale, leur formation continue, la réglementation de leur environnement de travail« . Pour y arriver estime-t-elle, « les sages-femmes doivent recevoir un enseignement adéquat, être correctement formées et réglementées de façon appropriée. Elles doivent également travailler dans un environnement qui leur permet d’être efficaces« .

Dans son plaidoyer, elle a invité les partenaires techniques et financiers à soutenir les sages-femmes du Kasaï oriental pour « réduire la mortalité maternelle et infantile pour les causes évitables« . Elle a aussi demandé aux professionnels appelés sages-femmes, de travailler de manière à offrir les soins de qualité aux femmes qui fréquentent les maternités, avant la grossesse, pendant le travail accouchement, en post partum et donner les soins au nouveau-né.

D’autres exposés ont été présentés notamment par le point focal du UNFPA au Kasaï, le docteur Théophile Nemuandjare Mua Bukongo Biberon qui a lu le message du secrétaire général de cette organisation du système des nations unies à l’occasion de cette journée, l’adresse du directeur général de l’institut supérieur technique médical de Mbujimayi (ISTM) seule institution supérieure qui organise l’option sages-femmes, avant le mot de clôture par le ministre provincial de la santé ad intérim Liévin Mbuyamba.

Notons que cette journée a été marquée par la distribution gratuite des contraceptifs pour favoriser l’espacement des naissances, la maternité gratuite, etc à l’hôpital général Saint-Jean de Kansele et au centre pilote PROSAMI dirigé par les femmes-sages.

Marc Valentin Kalcind

Rédaction

Rédaction

Coulisses.net, la géante machine de l’actualité RD Congolaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.