Kasaï oriental : Présentation des défis de la jeune fille par ENABEL

A l’occasion de la journée internationale de la jeune fille, une manifestation a été organisée ce lundi 12 octobre à Mbujimayi au quartier bonzola 1 dans la grande salle de l’INPP( Institut National de Préparation Professionnelle), en la présence du gouverneur Jean Maweja accompagné des plusieurs autres autorités provinciales.

S’adressant à la jeune fille, la responsable du projet éducation emploi d’ENABEL au Kasaï oriental et Lomami, Mme Lucie, a présenté les défis de la jeune fille.

« Aujourd’hui votre rôle n’est pas facile. Il est pourtant Crucial. Depuis que vous êtes petites tout est toujours un peu, voir beaucoup plus compliqué. Plus compliqué que si vous étiez nées garçons. Plus compliqué de donner votre avis et qu’il soit pris en compte. Plus compliqué d’avoir accès à une éducation. Plus compliqué d’obtenir des opportunités. Plus compliqué d’être traitées d’égal à égal. Soyez sûres que celà ne changera pas du jour au lendemain. Mais soyez sûres aussi que vous n’êtes pas seules à essayer de changer les choses partout dans le monde et depuis de nombreuses années, des mouvements féministes travaillent pour que l’égalité homme femme soit une égalité de fait et non
des mots  » a-t-elle dit.

Confiante, elle a indiqué que les choses changent. Elle a appelé les jeunes filles à ne pas baisser les bras mais à avoir confiance en elles-mêmes, avant d’annoncer la mise en place sous peu, d’un incubateur.

« Ayez confiance en vous et n’ayez pas peur de demander de l’aide si vous en avez besoin. Trouvez les bonnes personnes. Il y a plusieurs initiatives qui pourraient vous appuyer. L’incubateur qui verra bientôt le jour pourra vous aidera au niveau de la formation de l’appui juridique et de la gestion financière. Soyez curieuses apprenez et entreprenez car vous avez l’avenir devant vous , créez des nouveaux business », a-t-elle lancé.

Enfin la responsable du projet éducation et emploi d’ENABEL Mme Lucie en appelle à la conscience de la jeune fille en lui demandant de penser positivement et de commencé quelque chose même avec peu , « il suffit d’une bonne idée qui répond à un besoin « , a-t-elle conclu.

Merveille Ngoya

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Résoudre : *
3 + 5 =