Kasaï oriental : Le président de l’Assemblée provinciale remet les pendules à l’heure après les marches

Dans un communiqué officiel rendu public ce mardi 12 novembre et dont une copie est parvenue à coulisses.net, le président du bureau de l’Assemblée provinciale du Kasaï oriental remet les choses en ordre et attire l’attention du gouvernement provincial sur son rôle et celui de l’organe délibérant.

Yves Muamba Kadima dresse d’abord la situation sociopolitique dans la province, qui reste  » caractérisée ces derniers jours par des scènes des violences, d’intimidations et des menaces d’attentat à l’occasion des manifestations publiques et même des matières traitées dans les plénières de l’Assemblée provinciale « , avant de rappeler que le gouvernement provincial doit faire sa part sachant que l’Assemblée provinciale fait la sienne.

 » l’Assemblée provinciale poursuivra sans désemparer la réalisation de ses missions de légiférer et de contrôler le gouvernement provincial et les services publics provinciaux et locaux, le gouvernement provincial doit prendre, par l’intermédiaire de ses services, des dispositions pour prévenir la paix et la tranquillité publique et exécuter les lois et règlements du pays pour protéger les personnes et leurs biens, rechercher activement, arrêter et traduire en justice tous les auteurs des actes répréhensibles attentatoires à l’ordre public, aux libertés publiques et aux droits garantis, les libertés publiques sont constitutionnelles et garanties pour tous »

Ce communiqué officiel intervient après trois marches organisées dans la ville de Mbujimayi dont celle du mouvement citoyen Lutte pour le Changement Lucha pour réclamer le départ du gouverneur Jean Maweja, marche qui a été perturbée par un groupe de jeunes gens que les organisateurs ont qualifié de  » milice du gouverneur Jean Maweja  » et celle de la dynamique Maweja pour soutenir les actions du gouverneur de province.

Coulisses.net

1 thought on “Kasaï oriental : Le président de l’Assemblée provinciale remet les pendules à l’heure après les marches

  1. Notre Constitution est claire, mais les violeurs vont à l’encontre de celle-ci. Qui va changer la mentalité et ce quelle mentalité qu’on doit changer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.